En France, le dispositif de conduite accompagnée se décline selon deux modalités principales : l’apprentissage anticipé de la conduite (autrefois lui-même appelé conduite accompagnée) et la conduite supervisée.

Pour en bénéficier, les candidats au permis de conduire doivent :

  • être inscrits en auto-école
  • réussir l’examen du code de la route
  • réaliser un minimum de 20 heures de conduite avec un enseignant
  • obtenir de ce dernier une attestation de fin de formation initiale (AFFI).

Par ailleurs, les accompagnateurs doivent :

  • être titulaires du permis de conduire depuis au moins cinq ans
  • avoir obtenu l’accord de leur compagnie d’assurance
  • avoir honoré un rendez-vous préalable à l’auto-école.

Néanmoins, ces deux modalités d’apprentissage de la conduite de véhicules présentent un certain nombre de différences. En voici un tour d’horizon.

Les conditions d’accès et de déroulement

L’apprentissage anticipé de la conduite est accessible à partir de 15 ans, sous réserve de l’accord du représentant légal.
En une période minimale d’un an, l’apprenant doit parcourir au moins 3000 kilomètres au volant d’un véhicule. Pendant cette période, il bénéficie de deux rendez-vous d’étape avec un formateur; le premier entre 6 et 8 mois, l’autre après 3000 kilomètres.

L’apprenant peut passer l’examen du permis de conduire dès 17 ans.

La conduite supervisée n’est possible qu’à partir de 18 ans. La décision d’y avoir recours se prend au cours de la formation à l’auto-école, avant la première présentation au permis de conduire ou après un échec.

Pour se présenter à l’examen, l’apprenant doit justifier d’au moins 1000 kilomètres de conduite d’un véhicule, en un délai minimal de trois mois.

Je m’inscris gratuitement !

Le coût de l’assurance une fois le permis obtenu

Les deux modalités sont un bon moyen de payer moins cher son permis de conduire. En effet, au-delà des 20 heures forfaitaires, le temps nécessaire pour parvenir à un niveau de conduite suffisant est passé auprès d’un proche accompagnateur. Il est donc gratuit. En filière traditionnelle, ce temps est passé auprès d’un enseignant de la conduite, et est donc intégralement facturé par l’auto-école.
Néanmoins, la conduite sous supervision est moins avantageuse financièrement, au regard du coût de l’assurance une fois le permis obtenu. En effet, les compagnies d’assurance ne proposent des tarifs préférentiels qu’aux seuls jeunes conducteurs issus de l’apprentissage anticipé de la conduite. Ceci s’explique par le fait que ces derniers provoquent moins d’accidents que les autres une fois en situation de conduite autonome.

La durée du permis probatoire

Pour les personnes ayant suivi l’apprentissage anticipé, la durée de la période probatoire du permis est ramenée à 24 mois. Celles qui ont opté pour la conduite sous supervision sont soumises au régime classique : une période probatoire normale de 36 mois.

Bilan

Au-delà de la condition d’âge, les différences majeures entre apprentissage anticipé de la conduite (autrefois appelée conduite accompagnée) et conduite supervisée se situent dans les tarifs proposés par les compagnies d’assurance une fois l’examen réussi et dans la durée de la période probatoire du permis de conduire. A cet égard, l’apprentissage anticipé est plus intéressant.

La contrepartie est que cette modalité d’apprentissage mobilise, pour l’apprenant comme pour l’accompagnateur, trois fois plus de temps que la conduite sous supervision.