NOS ARTICLES DE BLOG SUR LE PERMIS DE CONDUIRE

une main tenant un volant et un joint de cannabis

Le cannabis, quels dangers et quelles conséquences sur la conduite ? 

Sommaire :

 

L’attestation scolaire de sécurité routière (ASSR) est un document essentiel dans l’apprentissage des règles de sécurité routière pour les élèves en France. Elle se divise en deux niveaux : l’ASSR de 1er niveau (ASSR1) et l’ASSR de 2e niveau (ASSR2). L’ASSR est délivrée dans le cadre de l’enseignement obligatoire des règles de sécurité routière et permet aux élèves d’acquérir les connaissances théoriques nécessaires pour circuler en toute sécurité sur les routes. Elle constitue ainsi une étape importante dans la sensibilisation des jeunes à la sécurité routière.

Il est essentiel de comprendre la distinction entre l’ASSR1 et l’ASSR2.

Ces deux niveaux correspondent à des périodes clés de l’éducation des élèves, leur permettant de développer des connaissances approfondies en matière de sécurité routière à des stades différents de leur parcours scolaire.

Les dangers du cannabis au volant 

Les effets du cannabis sur la conduite  

La conduite nécessite une acuité visuelle, cognitive, sensorielle importante. Le cannabis, quelle que soit la dose, a le potentiel de compromettre ces facultés. Plus la consommation est élevée, plus le temps de réaction du conducteur sera long. Il peut également réduire la capacité à prendre des décisions rapidement et altérer la perception de l’environnement, du temps et de l’espace. Par ailleurs, la somnolence, la diminution des capacités visuelles et auditives peuvent aussi être des effets de la consommation de cannabis, ce qui augmente encore le danger sur la route.

Il est essentiel de souligner que les effets du cannabis ne tardent pas à se manifester. Ils atteignent leur pic environ 30 minutes après avoir fumé du cannabis et s’estompent après environ trois heures. Cependant, lorsqu’il est consommé par ingestion, les effets peuvent durer de 7 à 8 heures. Étant donné la nature et la durée de ces effets, une conduite sûre est rendue impossible et les conséquences ne peuvent qu’être graves.

Le risque d’accidents mortels liés au cannabis et aux cocktails de substances 

Outre la dégradation des compétences de conduite, la consommation de cannabis augmente de manière significative le risque d’accidents mortels. Les statistiques montrent que la conduite sous l’influence du cannabis double le risque d’être responsable d’un accident mortel. Lorsque le cannabis est consommé avec d’autres drogues ou avec de l’alcool, le risque d’accident mortel est multiplié par 29, créant un cocktail dangereux voire mortel. Malheureusement, plus de la moitié des contrôles positifs aux stupéfiants impliqués dans un accident mortel comportent un mélange de drogues et d’alcool.

Les conséquences réglementaires de la consommation de cannabis au volant

La législation actuelle concernant la conduite sous stupéfiants

 

En France, la consommation de cannabis est illégale, tout comme la conduite sous son influence. L’usage de stupéfiants est considéré comme illicite, avec des sanctions pouvant aller jusqu’à un an d’emprisonnement et une amende de 3 750 euros. En ce qui concerne la conduite, la loi interdit toute consommation de stupéfiants, indépendamment de la quantité détectée dans le sang.

Les peines encourues sont :

  • Jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 4 500 euros d’amende pour l’usage de stupéfiants au volant
  • Jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 9 000 euros d’amende si le conducteur a également consommé de l’alcool
  • Jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende en cas d’accident corporel
  • Jusqu’à 7 ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende en cas de deuxième circonstance aggravante (stupéfiant et alcool ou délit de fuite par exemple)
  • Jusqu’à 7 ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende en cas d’accident mortel
  • Jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende en cas d’accident mortel quand le conducteur commet une circonstance aggravante supplémentaire (stupéfiants et alcool ou conduite sans permis par exemple)

Des peines complémentaires peuvent également être prononcées, telles que :

  • La suspension du permis de conduire jusqu’à 3 ans
  • L’annulation du permis avec interdiction de le repasser pendant 3 ans ou plus
  • L’obligation d’accomplir un stage de sensibilisation à la sécurité routière ou un stage de sensibilisation aux dangers de l’usage de produits stupéfiants

Les actions de sensibilisation pour lutter contre la conduite sous l’influence de drogue 

Malgré les lourdes sanctions, certains conducteurs choisissent encore de prendre le volant sous l’influence de stupéfiants, mettant en danger leur propre vie et celle des autres. En 2019, on estime que 23% des décès sur les routes françaises, soit environ 494 personnes, étaient liés à des accidents impliquant des stupéfiants. Les effets des stupéfiants sur la conduite peuvent gravement affecter la capacité du conducteur à réagir rapidement, à coordonner ses mouvements et à se concentrer sur la route.

Dans le but de combattre ce problème de santé publique et de sécurité routière, des actions de sensibilisation sont mises en place. Ces actions visent à informer et à dissuader les conducteurs de consommer des drogues avant et pendant la conduite. Elles mettent l’accent sur la prévention des risques associés à la consommation de drogues, ainsi que sur les sanctions légales qui peuvent en découler.

 

 

Les méthodes de dépistage et de vérification par les forces de l’ordre 

Les forces de l’ordre disposent de divers outils pour dépister l’usage de stupéfiants chez les conducteurs. Ces tests sont systématiquement effectués sur tout conducteur, ou tout accompagnateur d’un élève conducteur, impliqué dans un accident mortel ou corporel. En outre, les dépistages peuvent être effectués dans des situations variées, notamment en cas d’infraction au code de la route, de soupçons d’usage de stupéfiants, ou sur réquisition du procureur de la République. L’obligation de se soumettre à ces tests est également réglementée, et tout refus peut entraîner des sanctions similaires à celles de la conduite sous l’influence de stupéfiants.

 

 

 

 

Articles similaires